covid-19

Les services de Deuil-Jeunesse sont toujours disponibles, et ce, à travers le Québec.

Cohérence et séparation, c’est possible?

Lorsqu’une famille « éclate », une panoplie de changements bouleversent la vie des parents, mais aussi celle des enfants. Les sentiments s’entremêlent : culpabilité, ennui, peur, vulnérabilité, anxiété, déception, tristesse, colère… Dans cette nouvelle réalité où « garde partagée » rime avec « nouvelles règles, valeurs, tâches, horaire et mode de vie », est-il possible d’offrir un encadrement rassurant pour vos enfants?

Pour répondre à cette question, je vous propose d’en faire le parallèle avec la danse… Oui, oui, la danse! Cette discipline artistique et sportive se décline dans une multitude de styles qui peuvent être totalement opposés. En quoi le ballet et le tango sont-ils différents ? En raison du rythme, les costumes, les souliers, la musique et les pas, c’est évident! Pourtant, il s’agit de la même discipline: la danse!

Lorsque l’on fonde une famille, une sorte de « danse » se crée par les règles établies, les horaires, le rythme, les préférences alimentaires, les sports, l’éducation, les permissions, les conséquences, et j’en passe. Vous, les parents, devenez ainsi des « enseignants » et vos enfants, eux, deviennent vos « apprentis ». Avec vous, ils apprennent les rudiments de la danse propre à VOTRE famille.

Lors de la séparation parentale, les règles (ou pas de danse) qu’ils ont apprises au sein de la famille nucléaire doivent être adaptées et précisées. Il vous appartient désormais de leur apprendre les deux nouveaux modèles qu’ils auront à danser…

Croyez-vous qu’un danseur de ballet puisse devenir un danseur de salsa? Évidemment! Une bonne technique de danse est toujours facilitante pour en apprendre une autre. Vous comprendrez que, souvent, les danseurs doivent s’ajuster, ils doivent réapprendre les pas de base, être un peu plus « ceci », un peu moins « cela », un peu plus dynamique, un peu plus fin… C’est ainsi que vous pourrez créer vos propres chorégraphies qui seront aussi belles que différentes. Vos apprentis vous épateront!

Mais comment faire? …

Il faut vous rappeler que, comme ‘’ce qui ne se dit pas s’invente’’, il faut revenir au tout début… Lorsqu’ils sont petits, nous enseignons aux enfants les comportements souhaités: la phase du pourquoi en bas âge nous incite à expliquer et expliquer encore les raisons de tout et de rien. C’est de cette façon qu’il faut reprendre les nouvelles notions de votre danse, en expliquant les raisons associées à ces choix: les valeurs, la santé physique, la santé mentale, l’importance pour vous, vos besoins et les leurs.

Prenons cet exemple: Votre patron A accepté de vous payer 20$ de l’heure et votre patron B, lui, vous paye 20$ de l’heure en plus des pourboires. Sans explications, quelle serait votre conclusion de ce scénario? Sans doute que le patron B vous apprécie et vous aime plus! Donc que devrait faire votre patron B? Il devrait vous expliquer les raisons de cette décision car, inévitablement, vous ferez votre propre interprétation logique.

Prenons un autre exemple, plus concret cette fois: Pourquoi chez papa je ne suis pas obligé de me laver et ici je dois le faire tous les jours?

Que répondez-vous ?

A: Parce que c’est comme ça!

B: Justement, tu te laves une semaine sur deux alors ne rouspète pas!

C: Tu sais, pour moi c’est important de se laver, ton corps se relaxe un peu avant le dodo dans un bon bain chaud et tu auras un meilleur sommeil. En plus, j’aime encore plus te faire des câlins quand tu sens bon! Tu comprends?

Je vous mets justement au défi d’essayer cette dernière (réponse C) lors de vos prochains échanges avec vos enfants, lorsqu’ils auront des questions à propos de vos décisions.

Dans une famille nucléaire, il y a généralement les mêmes règles pour tous et vos enfants tentent quand même de vous convaincre de bonifier les règles… Alors quand les parents ne vivent plus ensemble, et ne se parlent peut-être même plus, le plaisir de la négociation est accentué de 110%, dans plusieurs cas! Ajoutons à cela le sentiment de culpabilité, l’ennui des derniers jours passés sans eux, la peur d’être trop sévère…

Est-ce que dans la maison d’un parent qui a une vision de discipline qui se rapproche de celle du ballet c’est mieux que chez un parent plus « festif » comme la salsa? Je n’ai malheureusement pas la réponse, mais sachez qu’un danseur de ballet peut très bien danser la salsa, il s’agit seulement de lui en expliquer les fondements et de l’aider dans son apprentissage!

S’inquiéter pour nos enfants, c’est tout à fait normal.

Saviez-vous que vos enfants sont déjà de bons danseurs dans plusieurs styles? À la garderie, à l’école, au cours de karaté, dans l’équipe de volleyball… Vos enfants réussissent à s’adapter en quelques jours, voir quelques semaines, à tous ces modèles de danse! Comment ont-ils fait ? Ils ont d’abord été inquiets, réfractaires, mais rassurés par la suite. Ils ont été encouragés et informés, et la cohérence de cette nouvelle danse a fait naître (ou pas) le plaisir.

Il est nécessaire d’ajuster à son rythme, ses explications et répéter les règles lorsqu’on débute! Personne ne peut apprendre à danser et devenir professionnel en une semaine. Apprendre une nouvelle danse ça prend du temps, de la patience, des encouragements et de la constance! Écoutez bien ce qu’ils expriment, car vous non plus vous n’aimez pas tous les styles de danse et de musique, et il se peut que votre danse, ils l’apprennent, mais ne l’aime pas d’emblée…

Avec un discours cohérent, en répondant à ses questions et ses besoins, vous parviendrez à faire des danseurs étoiles!

Dominique Doré
Travailleuse sociale

Lorem ipsum

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit...